[2] Le décret n? Enseignant-chercheur en stratégie et management à EM Strasbourg Business School/ université de Strasbourg, Publié le 10 août 2020 à 12h28 - Mis à jour le 10 août 2020 à 14h56, Paroles d’entrepreneurs, au cœur des territoires. Bien sûr, cela contredirait le principe archivistique fondamental de « respect des fonds ». Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement. Des gens ont pu dire : « Ils nous ont tués. Elles ne peuvent que rester en Algérie. Bienvenue en Algérie coloniale ! Mais, à ma connaissance, ils ont obtenu ce qu’ils ont demandé. » Oui, mais ce ne sont pas ces personnes-là. U… Une erreur selon Brahim Oumansour, chercheur associé à l’IRIS, pour qui ces archives devraient être déclassifiées et ouvertes à l’étude de tous les historiens, seul moyen d’avoir une lecture dépassionnée de cette période délicate. L’Algérie exige de la France qu’elle lui remette «la totalité» des archives de la période coloniale algérienne. Fouad Soufi est un historien et archiviste algérien, chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran et ancien sous-directeur à la Direction générale des archives nationales d’Algérie. Bon, j’exagère. » Alors, bien sûr, c’est difficile pour des victimes qui ont tout perdu, leur maison, parfois leurs parents ou leurs enfants. Il y a des fonds, de gestion comme de souveraineté, qui intéressent en priorité les Français, et d’autres qui intéressent en priorité les Algériens. registres de catholicité du diocèse d'Alger : Monastère des Clarisses de Nîmes - 34, rue de Brunschwick - 30000 Nîmes. Or en Algérie, comme d’ailleurs pour la majorité des pays qui ont eu une présence coloniale (Carrabelli, 2005), la protection patrimoniale de cette période est restée trop longtemps liée à son introduction coloniale. On peut se mettre d’accord autour de dossiers à régler au cas par cas. Non. Le directeur des archives algériennes a réclamé, ce lundi, que la France remette à l’Algérie la totalité des archives de la période coloniale. Là aussi, c’est une souffrance commune due à une guerre. Ce que je veux dire, c’est : pourquoi pas, mais qu’est-ce que ça va changer aux mentalités ? Cet esprit « petit Blanc », il continue peut-être un petit peu. » Maintenant, je pense qu’il faut en discuter, on peut utiliser positivement ce bien commun. Les quelques pistes évoquées ci-dessus ne sauraient emprisonner l’imagination des chercheurs. Dans ces conditions, les restitutions devraient être étudiées au cas par cas, par fonds, par séries et même par sous-séries. » Oui, ils vous regrettent, car on regrette toujours un ami qui est parti. Le problème mémoriel n’est pas, à mon avis, un contentieux aussi grave qu’il n’y paraît. Et du côté de la population, autant qu’il m’en souvienne, il y a eu de fructueux échanges, avec ces visites en Algérie de pieds-noirs qui sont revenus revoir leurs maisons, leurs amis. Aux bourgeois du début du XXe siècle succèdent peu à peu des randonneurs, skieurs, aventuriers des sables ou plagistes. Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner. Sont restés en Algérie : état civil, archives des communes, archives judiciaires, archives notariales, cadastre, services extérieurs des administrations (équipement, santé, travail, sécurité sociale, éducation, finances) ainsi que les archives des ports, chambres de commerce, hôpitaux. Il faut bien que ça s’arrête. Le vaccin contre le Covid-19 va-t-il nous sauver rapidement de l’épidémie ? Mais tant que c’est en France, cela ne nous intéresse pas. Lecture du Monde en cours sur un autre appareil. Il s’agit d’un héritage à partager entre héritiers. En France aussi, ce travers existe, mais il n’est pas majoritaire. Entre le volume de pages qui s’écrivent en France sur cette histoire commune et ce qui s’écrit en Algérie, le déséquilibre est trop grand pour qu’on arrive à quelque chose. ». Alors que Paris et Alger ont récemment amorcé un dialogue sur la mémoire franco-algérienne, il estime que la question des archives, l’un des volets du litige entre les deux pays, devrait être appréhendée à travers le concept de « patrimoine commun ». Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ? Oui, demandons des excuses, ça ne mange pas de pain. Oui, il y a le capitaine des paras qui torture, mais il y a aussi le médecin qui soigne et qui sauve la vie d’un prisonnier. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Algérie (1866-1921) : 413313 images; Cote française des Somalis (1910-1917) : 42 images; Comores (1895-1918) : 870 images; Guyane (1890-1914) : 6644 images; Inde et Indochine (1897-1909) : 117 images; Madagascar (1889-1918) : 1632 images. On ne peut pas « gérer » sans avoir une relation avec la « souveraineté ». Et côté français, ce serait reconnaître que l’Algérie est un autre pays, un pays comme un autre. Il faut bien commencer par arrêter ce conflit. Par Xavier Gelly Xavier Gelly, L’administration des archives coloniales françaises en Algérie : regard sur le fonctionnement des archives départementales d’Alger de 1902 à 1962, mémoire de recherche de master Histoire, Document (métiers des archives), 2015, 87 p. L’Algérie a été, tout au long de son histoire française, un territoire à part. Répertoires de classement des archives administratives algériennes (1957) avec Algérie (Période coloniale) comme Éditeur scientifique Analyse thermique différentielle (1955) Discours prononcé par M. Roger Léonard, gouverneur général de l'Algérie à El Oued, le 16 décembre 1954 (1954) Mais la souffrance des uns ne doit pas faire oublier la souffrance des autres. On peut aussi demander des excuses globalement à l’Europe. Oui, il y a des prisonniers qui ont été jetés du haut d’hélicoptères, mais il y a aussi des appelés qui ont laissé s’enfuir des condamnés à mort qui étaient aux mains des parachutistes. On ne leur dit jamais « non », mais plutôt « on ne trouve pas ». « Le système colonial est un système négatif qui ne pouvait être que raciste et indifférent à la souffrance des Algériens. Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Encore faut-il que chacun écrive sa part d’histoire et que celle-ci soit acceptée par l’autre. Les historiens algériens qui regardent cette période de manière objective, comme un problème d’histoire et non comme un problème politique, sont très mal vus. DIA-22 décembre 2020: L’Algérie exige de la France qu’elle lui remette «la totalité» des archives de la période coloniale (1830-1962) la concernant, a affirmé lundi 21 décembre le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi. Algérie. En 1962 les archives de souveraineté des trois dépôts départementaux d’Alger, Constantine et Oranont été transférées en France, les archives administratives restant sur place. Ce lundi le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi. L’Algérie se réservera le droit de faire appel à la Cour international si le gouvernement français ne donne pas suite aux demandes de l’Algérie a déclaré M. Abdelmadjid Chikhi. Ensuite, ce qui me paraît le plus important, c’est de revenir au concept de « patrimoine commun » qui intéresse autant les Français que les Algériens. Colette Zytnicki dans mensuel 387 daté mai 2013 - La conquête achevée, le pays devient vite une destination touristique prisée. Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée. Cela coûte, c’est compliqué. C’est très complexe, il y a de tout. MEMOIRE - La France a restitué à l'Algérie une partie des archives qu'elle conservait, mais elle a gardé la partie concernant l'histoire coloniale L’ Algérie exige de la France qu’elle lui remette « la totalité » des archives de la période coloniale (1830-1962) la concernant, a réaffirmé lundi le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi. Entre Paris et Alger, un dialogue mémoriel salutaire et fragile, France-Algérie : l’espoir prudent d’un « apaisement » des mémoires, Benjamin Stora : « La France doit regarder son passé en face », Nike : jusqu'à -50% sur les articles en promotion, Yves Rocher : -50% sur une sélection d'articles, Europcar : -15% sur votre location de voiture. Les historiens français qui sont venus ici ont eu plus de facilités. Ce dernier restera connecté avec ce compte. L'Algérie exige de la France qu'elle lui remette "la totalité" des archives de la période coloniale (1830-1962) la concernant, a affirmé lundi le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi. Déjà, les historiens algériens rencontrent des difficultés. a exigé de la France qu'elle remette à l'Algérie "la totalité" des archives de la période coloniale du pays (1830-1962). La régler reviendrait à admettre, côté algérien, que la guerre de libération nationale, c’est de l’histoire, un objet qu’il faut appréhender comme événement historique. Il faut bien un jour se regarder en face et se dire : « Les gars, calmons-nous, la guerre est finie. Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe. Je pense personnellement que ce principe peut être dépassé par celui de « bien commun », de « bien culturel commun » que l’on peut partager. Il y a du chemin à parcourir avant qu’ils ne fassent leur place. Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Dans le « Monde des livres » du 16 mai 2019, l’historien André Loez présente trois essais attestant d’un renouvellement de l’usage par les historiens de la masse considérable d’archives produite par la colonisation européenne aux XIXe et XXe siècles : « Un village à l’heure coloniale. Les acteurs français du CBD toujours dans l’attente d’une réglementation claire, 5G : sur la ligne de départ, les opérateurs montrent les muscles, « Avec un coup de pouce des pouvoirs publics, PME et TPE pourraient mutualiser leurs livraisons », Quand Diego Maradona signait, en 1986, le « plus beau but du XXe siècle ». Les historiens français nous ont montré qu’ils étaient capables d’avoir une vision objective et saine de cette histoire. C’est normal, car à force de dire à n’importe qui qu’il est « supérieur au meilleur des Arabes », il va finir par le croire. Les archives ecclésiastiques sont également demeurées en Algérie à l'exception de quelques fonds : Les archives militaires concernant la guerre d'Algérie (opérations militaires…) sont conservées par le Service historique de la Défense de Vincennes (Armée de terre) : Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. La q Car si on prend l’option de faire des copies, on en a pour un siècle. À … Une première phase de microfilmage a été entreprise à Nantes mais n’a pu être conduite à son terme par manque de temps. Les registres d’état civil se trouvant dans ces dépôts ont été naturellement transportés en France et stockés à Nantes avant que le gouvernement du Général ne décide rapidement de les renvoyer Algérie. L’une des dimensions de ce contentieux est la domiciliation des archives relatives à la présence coloniale française en Algérie. ». Entre 1850 et 1948, la population de l'Algérie n'a pas cessé de croître. Après on demandera globalement des excuses au capitalisme puis au communisme et même à l’islamisme. Le système colonial est un système négatif car le racisme en est consubstantiel. Du côté des historiens, les échanges n’ont jamais cessé. En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte. C’est pour cela que j’ai fini par défendre l’idée d’un patrimoine commun. Lors de l’accession de l’Algérie à l’indépendance, ces registres sont restés en Algérie où ils sont conservés. Nouvelle-Calédonie (1907-1918) : 221 images; Polynésie (1894-1919) : 18436 … La question des archives est le nœud gordien de toute cette affaire. Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois. » Et là il n’y a ni souveraineté ni gestion. Au plan archivistique, cela semble compliqué, mais c’est ce que le Danemark a fait avec l’Islande, puis avec les îles Feroé et le Groenland. Ils se plaignent. En Algérie même, quand ces pieds-noirs reviennent, ils sont chaleureusement reçus, même s’il peut y avoir certaines critiques. Archives (Période coloniale) (2 ressources dans data.bnf.fr) Auteurs liés en tant que auteur du texte (2) Émile Dermenghem (1892-1971) Gabriel Esquer (1876-1961) Voir aussi. Ça fait quand même soixante ans que ça dure. C’est difficile. Bien sûr, certains de ces pieds-noirs en ont faussement conclu : « Les Algériens nous regrettent. Ce qui s’écrit chez nous relève encore souvent plus de la mythologie que d’une vision académique de l’histoire. Sont restés en Algérie : état civil, archives des communes, archives judiciaires, archives notariales, cadastre, services extérieurs des administrations (équipement, santé, travail, sécurité sociale, éducation, finances) ainsi que les archives des ports, chambres de commerce, hôpitaux. Certains registres postérieurs sont conservés aux Archives de Paris. inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents. Aujourd'hui l'épineuse question de l'accès aux archives de la période coloniale (1830-1962) est remise en avant. Il y a des histoires très compliquées. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ». La proportion des Juifs dans la population française totale en Algérie est donc de 13 %. Il n’y a pas eu de drames. Mais alors il faudra demander des excuses à l’histoire mondiale tout entière. On ne peut pas continuer de mépriser les uns ou les autres. La question des archives de la guerre d’Algérie reste un sujet sensible pour l’État français. De notre côté, malheureusement, les conflits historiographiques ont été mêlés à la politique. L’ensemble de ces fonds constituent un bien ou un patrimoine commun. Ce message s’affichera sur l’autre appareil. ». Selon l’historien Fouad Soufi, les documents relatifs à la colonisation constituent « un héritage à partager » et les restitutions devraient être étudiées au cas par cas. Archives d'Algérie Archives algériennes en ligne Lien vers le site des archives d'Algérie Informations numérisées disponibles sur le site : L'état civil des européens a été constitué, selon les règles métropolitaines, en double exemplaire pour la période 1830 - 1962 (en ligne jusqu'en 1912). Un article du quotidien algérien El Watan Guerre de libération nationale : Les disparus sortent de l’amnésie des archives par Walid Mebarek, publié dans El Watan le 10 mars 2020.Source Les Archives nationales tracent des repères sur la méthode d’investigation au sujet des disparus de la guerre d’Algérie, avec en prime l’instauration d’un guide numérique. 136 du 24 octobre 1870, dit décret Crémieux, permet l’accession à la citoyenneté des 35 000 Juifs d’Algérie. De toute façon, les extrémistes des deux côtés, en Algérie comme en France, ne se satisferont jamais de rien. 24 Les archives hypothécaires autorisent une grande diversité de sujets et d’approches à l’échelle de l’Algérie sur la longue durée. Draria, 1830-1962 », de Colette Zytnicki ; « Au cœur de l’archive coloniale. « La plus belle leçon qu’on pourrait donner au monde, ce serait d’admettre que ces archives sont à la France et à l’Algérie. Je fais partie de ceux qui disent : « On commence par reconnaître que ces archives sont nées en Algérie. Alors qu’une grande partie des archives de la période coloniale liée à l’Algérie se trouve en France, la première a demandé à la deuxième la restitution totale de ses archives.. Selon le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi, la France a toujours « avancé de faux prétextes » pour ne pas rendre ces précieux documents aux algériens. archives diocésaines d'Oran : Monastère des Dominicaines – Quartier de l'Écluse – 26770 Taulignan - Email : registres de catholicité du diocèse de Constantine : Monastère des Clarisses – 952, chemin Bosque d'Antonelle - 13090 Aix-en-Provence. Il s’agit souvent plus de conflits internes que de conflits avec la France. L'Algérie exige de la France qu'elle lui remette "la totalité" des archives de la période coloniale (1830-1962) la concernant, a réaffirmé lundi le directeur des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi. http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Le-SHD-a-Vincennes.html, Territoire français des Afars et des Issas, Madagascar, Comores, Terres australes et antarctiques françaises, Polynésie françaises, Clipperton, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Nouvelles-Hébrides, http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Le-SHD-a-Vincennes.html. La plus belle leçon qu’on pourrait donner au monde, ce serait d’admettre que ces archives sont à la France et à l’Algérie, qu’elles sont à l’Algérie et à la France. Bien sûr, si des historiens français doivent venir consulter des archives en Algérie, ils doivent pouvoir le faire sans passer par un système bureaucratique qui n’a d’autre objet que de fermer l’accès aux archives. Tout le monde les a très bien accueillis. Il a produit, en particulier, cet esprit « petit Blanc ». De 1830 à 1962 les registres d’état civil dit européen ont été établis en deux exemplaires selon la règle métropolitaine. J’ai l’impression que M. Tebboune a « souhaité » ces excuses sans grande conviction. Il leur faut obtenir un visa et financer des déplacements à Aix-en-Provence, siège du Centre des archives d’outre-mer, ou à Vincennes pour les archives militaires. « Sur le front économique, l’Union européenne fera face à trois grands défis en 2021 », « A l’ère de la “cancel culture” – où un simple bon mot peut chambouler votre carrière –, surveiller ce qu’on dit en public est devenu crucial », « L’urgence d’un accueil digne des personnes sans domicile fixe, migrantes et réfugiées », George Smiley, le « mentor secret » de John le Carré, « Wara », sur TV5 Monde : une saga politique sur fond de mélodrame, Pourquoi mon vin n’a pas la même odeur que celui de mon voisin (alors qu’il provient de la même bouteille), S’aimer comme on se quitte : « Il m’a insufflé la vie que mon père perdait », Le pirog (pain de viande) : la recette de Mikaël Petrossian. Elle existe. Autour de Algérie. Toute démarche qui va dans le sens de l’échange, de l’ouverture, est respectable. J’en suis heureux pour eux, d’autant qu’ils ont réalisé de bons travaux. Comment fonctionne l’IGPN, la « police des polices » ? « Ce qui s’écrit en Algérie relève souvent plus de la mythologie que d’une vision académique de l’histoire. Une histoire de l’Algérie coloniale, 1830-1940, Paris, Fayard, 2009, p. 545. S'intéresser au tourisme en situation coloniale n'a rien d'anecdotique. Un complotiste sommeille-t-il en chacun de nous ? Où s’arrête la souveraineté et où commence la gestion ? Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette). Quel est votre point de vue d’historien sur le sujet ? Quand la France, sous François Mitterrand, avait proposé ce principe de « patrimoine commun », j’étais à l’époque un peu radical – ce devait être la jeunesse – et je soutenais : « Oui, bien commun, mais les originaux rentrent chez nous et vous gardez les copies. Plutôt cinglant, Abdelmadjid Chikhi réclame « la totalité » des archives françaises qui concernent la présence coloniale en Algérie, une période qui va de 1830 à 1962. Elles n’ont de sens que par rapport à l’Algérie. Mais ils ne vous regrettent pas en tant que membres d’un système qui ne pouvait être que raciste, qui ne pouvait être qu’indifférent à la souffrance des Algériens. La demande de l’Algérie est claire : elle veut récupérer toutes les archives lui appartenant.